Déborah, Helena et Tiphaine sont parties le 26 janvier dernier de Nice en TGV via Paris puis Bamako, avec pour destination finale SEBI.
1.PNG 2.PNG

Dès leur arrivée au Mali, elles ont acheté divers matériaux pour réaliser la clôture autour de l’école ainsi que 5 «bébés arbres » à planter dans l’enceinte de la cour et des fournitures scolaires pour compléter les quelques 200 KG qu’elles avaient dans leurs bagages. Après un trajet assez mouvementé en 4x4 puis en pinasse (pirogue) elles sont arrivées à SEBI où les villageois, mais surtout les enfants leur ont réservé un accueil des plus chaleureux avec des petits drapeaux en papier de leur fabrication, drapeaux maliens et français. Un enfant a même réalisé un fanion avec le logo Yntiafrica. Il y a eu des danses de bienvenue et un discours d’accueil de la part du directeur de l’ école Monsieur Touré.

La joie des enfants ne s’est pas faite attendre à la vue des cahiers, stylos, livres divers et les instituteurs, maintenant au nombre de 5, ont été ravis de découvrir une encyclopédie complète.

Nos 3 bénévoles ont, en une semaine, accompli en travaillant très dur, les missions qu’elles s’étaient fixées :

  • Construire la clôture et planter les arbres
  • Distribuer les fournitures scolaires mais aussi des vêtements et chaussures pour les enfants les plus démunis
  • Initier les enfants aux quelques jeux d’extérieurs amenés de France tels que ballons, badminton…
  • Amener 6 enfants malades en consultation à l’hôpital de Niafunké, afin d’y être diagnostiqués et sont repartis avec un traitement (2 d’entre eux sont atteints par la typhoïde)
  • A cette occasion elles ont pu s’assurer des bonnes conditions d’accueil et d’hébergement des enfants scolarisés en cycle supérieur à Niafounké.
  • L’association a pris en charge les frais de cantine de tous les enfants ( plus de 200) jusqu’à la fin de l’année scolaire. En effet, le gouvernement fournit les aliments de base, riz, mil… mais les parents doivent verser 500 F.CFA par trimestre et par enfant pour accommoder ces plats et certains ne peuvent pas le faire(500 F.CFA représente 80 centimes d’euros !!!!!)
  • Des dizaines d’enfants ont réalisé des dessins de leur village et écrit des petits mots. Ces courriers seront remis dans des écoles françaises afin d’établir des correspondances entre les enfants. A cet effet, Deborah, Helena et Tiphaine ont remis des enveloppes et des timbres aux instituteurs car ce sont des articles rares et onéreux….

Elles ont ramené dans leurs valises, les sourires de tous ces choupinous et le bonheur d’avoir partagé quelques jours leur quotidien avec les difficultés que représente la vie en milieu désertique mais aussi la profonde envie de continuer à les soutenir et de faire encore davantage. Notre ambition est d’arriver à construire un puits près de l’école pour que les enfants puissent se désaltérer durant la journée.

Nous avons obtenu une estimation du cout de cette réalisation, environ 8000 €. La difficulté majeure est l’acheminement des matériaux nécessaires vers le village, car il est très éloigné de tout axe de communication. Le moyen le plus sûr et fiable pour y accéder est la pirogue…par le fleuve Niger !!!

Nous allons persévérer dans notre démarche et mettre tout en œuvre pour réussir car les sourires des enfants est la plus belle de nos récompenses ! car n'oublions pas que SI CHACUN FAIT UN PEU AU FINAL ÇA FAIT BEAUCOUP